Repas indien au profit du projet du Père Anil

Troisième repas Indien

Publicités

Pèlerinage paroissial à Rome et Assise

Comme annoncé dans le journal paroissial « Autour du Clocher » et dix ans après le voyage précédent, nous organisons à nouveau un pèlerinage à Rome et Assise du lundi 10 au lundi 17 septembre prochain.

Voyage en avion avec Brussels Airlines : départ le 10.09 à 15h – arrivée à Rome/Fiumicino à 17h. Transfert en car vers le complexe « Villa Letizia » où nous séjournerons en demi-pension jusqu’au vendredi 14.

Activités prévues à Rome : visite guidée (guide francophone) du Colisée mardi matin – audience pontificale place Saint-Pierre (Vatican) le mercredi – visite des catacombes Saint-Calixte le jeudi. Sont également au programme les visites suivantes : le Forum romain et le Panthéon, les basiliques Saint-Pierre, Sainte-Marie Majeure, Saint-Jean de Latran, Saint-Paul hors les murs, place Navone, etc.

Un pique-nique sera préparé chaque jour à notre intention pour le repas de midi.

A noter qu’un car sera à notre disposition pour tous les déplacements durant tout le séjour, tant à Rome qu’à Assise.

Nous quitterons Rome pour Assise (toujours avec le car) vendredi matin. Comme en 2008, nous serons hébergés un peu à l’écart du centre ville au Seminario Vescovile Santa Tecla. La vue sur la plaine y est superbe !  Séjour en pension complète.

Nous visiterons la Basilique Saint-François : basilique inférieure avec le tombeau de Saint-François – basilique supérieure avec les très belles œuvres de Giotto.

Giotto

 

Autres visites prévues : la Basilique Saint-Claire et Sainte-Marie des Anges avec la Portioncule, sans oublier l’église Saint-Damien où le Christ s’est adressé personnellement à Saint-François en lui demandant de reconstruire son église.

Dans la mesure du possible, nous monterons au Mont Subasio et à l’ermitage de Saint-François « Eremo delle Carcere ».

Lundi matin 17 septembre, le car nous ramènera d’Assise à l’aéroport de Fiumicino pour le vol de 17h50 – arrivée à Zaventem à 19h55. Nous ferons en train les trajets entre Waterloo et l’aéroport, tant à l’aller qu’au retour.

Une réunion destinée à peaufiner ensemble l’organisation de ces journées est déjà prévue le vendredi 24 août à 20h au local « La Cambuse », à l’arrière de la Salle Notre-Dame (50 Avenue des Paveurs – 1410 Waterloo)

Le prix est de 875 EUR en chambre double – 950 EUR en chambre individuelle. Un acompte de 250 EUR est demandé à l’inscription, le solde devant être payé au plus tard fin août.

Annonce détaillée avec talon d’inscription : cliquer ICI

Pentecôte !

 

 

Sans l’Esprit Saint, Dieu est loin,

le Christ reste dans le passé,

l’Évangile est une lettre morte,

l’Église une simple organisation,

l’autorité une domination,

la mission une propagande,

le culte une évocation,

et l’agir chrétien une morale d’esclave.

Mais avec l’Esprit-Saint,

le cosmos est soulevé

et gémit dans l’enfantement du Royaume,

le Christ ressuscité est là,

l’Évangile est puissance de vie,

l’Église signifie la communion trinitaire,

l’autorité est un service libérateur,

la mission est une Pentecôte,

la liturgie est mémorial et anticipation,

l’agir humain est déifié.

Ignace de Lattaquié (Métropolite orthodoxe)

 

Né Hazim dans le village de Mhardey (Mhardeh), près de Hama en Syrie en 1921, le métropolite Ignatios de Lattaquié, appelé également patriarche Ignace IV d’Antioche, est le primat de l’Eglise orthodoxe en Syrie, au Liban, en Irak et au Koweït depuis le 2 juillet 1979. Il est décédé le 6 décembre 2012.

 

Carême 2018: le Pape alerte sur le refroidissement des cœurs

 

Le message du Pape François pour le Carême a été rendu public et présenté lors d’une conférence de presse, ce mardi 6 février 2018. Avec le thème choisi,  » À cause de l’ampleur du mal, la charité de la plupart des hommes se refroidira  » (Mt 24, 12), le Pape adresse une mise en garde inquiète contre les signes et événements « douloureux » qui pourraient « éteindre dans les cœurs la charité », et revient sur les propositions de l’Église pour y remédier.

« À cause de l’ampleur du mal, la charité de la plupart des hommes se refroidira »: ce verset évangélique fait partie du discours de Jésus sur la fin des Temps et les nombreux signes qui en seront le prélude; parmi eux, les faux prophètes, qui s’emploieront à fourvoyer la communauté des croyants, et qui revêtent aujourd’hui plusieurs visages.

Attention aux faux prophètes

Ils sont d’abord, pour le Pape, comme « des charmeurs de serpents » qui « utilisent les émotions humaines pour réduire les personnes en esclavage », des « charlatans » – leurs discours fallacieux, leurs solutions faciles mais inefficaces et aliénantes, des escrocs qui « offrent des choses sans valeur », mais privent de ce qui est le plus précieux, comme la « dignité, la liberté et la capacité d’aimer ». Le mensonge et la tromperie sont l’apanage du démon, prévient le Pape, qui insiste donc sur l’importance de pratiquer le discernement, et de ne pas rester dans la superficialité.

Tous ces dangers risquent de refroidir notre cœur, de faire éteindre l’amour qui s’y trouve, observe le Pape, qui s’interroge sur les signes annonciateurs : l’avidité de l’argent, qui s’accompagne du refus de Dieu et de ses consolations, et débouche ensuite sur le rejet de tout ce qui nous menace dans nos certitudes, « l’enfant à naître, la personne âgée malade, l’hôte de passage, l’étranger, mais aussi le prochain qui ne correspond pas à nos attentes ». Cette lente extinction de la charité se répercute sur la création, déplore François, avec ses mers polluées, ses cieux « sillonnés par des machines qui font pleuvoir des instruments de mort » ; et se constate aussi au sein des communautés elles-mêmes, avec « l’acédie égoïste, le pessimisme stérile, la tentation de l’isolement et de l’engagement dans des guerres fratricides sans fin, la mentalité mondaine », qui minent l’ardeur missionnaire.

Prière, aumône et jeûne

C’est donc un bien sombre constat que dresse le Pape, mais il rappelle que l’Église, « mère et éducatrice », offre durant ce temps de Carême et de montée vers Pâques, le « remède parfois amer de la vérité, le doux remède de la prière, de l’aumône et du jeûne ». La prière permet de déceler les mensonges, l’aumône et le partage libèrent de l’avidité : ils devraient même devenir un style de vie authentique, exhorte le Pape, comme ils l’étaient pour les premiers communautés chrétiennes. Le jeûne, enfin,  « réduit la force de notre violence », nous réveille, nous rend « plus attentifs à Dieu et à notre prochain ».

Le Souverain Pontife exhorte bien évidemment l’Église et les croyants à « entreprendre avec zèle ce chemin vers le Carême », mais adresse aussi un appel vibrant à tous les hommes et femmes de bonne volonté, au-delà de l’Église catholique: il appelle tous ceux « affligés par la propagation de l’iniquité dans le monde » ou attristés par la « diminution du sens d’humanité commune » à s’unir aux croyants, dans la prière et le jeûne, et « qu’avec nous vous donniez ce que vous pouvez pour aider nos frères ! »

François rappelle enfin la tenue cette année encore de l’initiative « 24 heures pour le Seigneur »,  qui se déroulera le 9 et le 10 mars prochains. Dans tous les diocèses, il y aura au moins une église ouverte pendant 24 heures qui offrira la possibilité de l’adoration eucharistique et de la confession sacramentelle.

Manuella Affejee – Cité du Vatican

L’intégralité du message du Pape François pour le Carême 2018 est disponible ici

Réforme de la Curie romaine

francois-la-curie-romaine

Le pape François a donné douze critères de conduite pour poursuivre la réforme de la Curie romaine, le 22 décembre 2016 : conversion personnelle, sens pastoral, sens missionnaire, rationalité, fonctionnalité, modernité, sobriété, subsidiarité, synodalité, catholicité, professionnalisme, gradualité.

Près de quatre ans après son élection, en présentant les traditionnels vœux de Noël aux membres de la Curie romaine, le pape a souligné que la réforme était « un processus délicat ». Il a appelé « l’engagement de tout le personnel de la Curie » dans « une spiritualité de service et de communion, puisque c’est l’antidote à tous les poisons de la vaine ambition et de la rivalité illusoire ».

Dans les critères qu’il a énumérés, il a aussi plaidé pour l’embauche de personnel venant « du monde entier », pour « l’accès d’un plus grand nombre de fidèles laïcs » dans les dicastères et pour « la valorisation du rôle de la femme ».

Pour la suite de la réforme, le pape François a souhaité aussi « une simplification et un allègement de la Curie » et une « réorganisation des compétences spécifiques des différents dicastères ».

« Il est indispensable d’archiver définitivement la pratique du promoveatur ut amoveatur » (promouvoir pour éloigner). « C’est un cancer », a-t-il insisté.

Au fil des critères, le pape François a rappelé à plusieurs reprises le rôle du pape, soulignant la nécessité que « tous les dicastères se réfèrent directement » à lui et que « des rencontres plus fréquentes et plus systématiques des différents préfets » aient lieu avec lui.

Explicitation par le pape François des douze critères : cliquer ici

D’après Zenit – Le monde vu de Rome

« La prière me procure une joie infinie »

lonsdaelDans le film à succès  « Des hommes et des Dieux », Michaël LONSDALE interprétait le rôle du médecin, frère Luc.

Le comédien n’a jamais caché sa foi. Elle a pourtant été un long cheminement. Dans son dernier livre « Il n’est jamais trop tard pour le plus grand Amour« , il raconte son parcours d’homme de foi et de comédien, son rôle dans le film et l’importance qu’il accorde à la prière.

A cette occasion, Cathobel a réalisé un interview de l’auteur que vous pouvez lire en cliquant sur le lien ci-dessous :

Michael Lonsdale « La prière me procure une joie infinie »

 

AMORIS LAETITIA

Comment l’Église se situe-t-elle face aux évolutions de la famille dans la société ? Le mariage, le célibat, la place des personnes homosexuelles dans l’Église, l’ouverture à la vie et la contraception, l’accès à la communion des divoamorisrcé(e)s…

Le 19 mars 2016, le Vatican publiait l’exhortation apostolique du pape François Amoris Laetitia. Ce texte fait suite aux travaux des deux assemblées du Synode des Évêques sur la famille.

Le groupe de réflexion et de partage du deuxième lundi du mois va explorer de manière approfondie cet important texte. Les réunions ont lieu à la Cambuse (à l’arrière de la Salle Notre-Dame, 50 avenue des Paveurs) de 20h à 21h30 et sont ouvertes à tous.

Le 12 septembre, en guise de première approche, nous avons parcouru la synthèse publiée par la Conférence des Évêques de France. Texte disponible ici : synthèse Amoris Laetitia

Lors de la réunion du 10 octobre, nous étudierons plus spécialement les chapitres 4 et 5 traitant de l’amour dans le mariage.

Le texte intégral de l’exhortation Amoris Laetitia est disponible ici : La joie de l’Amour